• CHOIX DES OCULAIRES

    On y est. Mais le plus dur est fait. Car on a déjà choisi l’oculaire de plus grand champ qui est plus déterminant que tous les autres. En effet, c’est lui qui fixe le diamètre de la cage secondaire, généralement le choix du coulant et le poids maxi de la partie haute, donc la variation maxi de l’équilibre du tube lors d’un changement d’oculaire et par voie de conséquence le diamètre des tourillons.

    Si sur un dobson ordinaire on peut faire assez librement des choix observationnels puis adapter la conception en conséquence, il n’en va pas de même pour un télescope destiné à voyager en avion. On ne peut indéfiniment rétablir l’équilibre en alourdissant le bas et en augmentant le diamètre des tourillons car nous sommes limités en poids et encombrement.

     

    La gamme d’oculaires retenue est la suivante. A part le choix du plus gros oculaire (de plus longue focale), c’est un choix assez personnel sur lequel je n’ai pas de commentaire à ajouter. Et chacun y trouve une certaine liberté.

     

    GAMME D’OCULAIRES

    Panotic 27mm

    pupille

    5,4

    mm

    68° 31,75

    grossissement

    66

    x

    465g

    champs

    0,98

    °

     

     

    Plössl 20mm

    pupille

    4

    mm

    50° 31,75

    grossissement

    89

    x

    86g

    champs

    0,55

    °

     

     

    Nagler 9mm

    pupille

    1,8

    mm

    68° 31,75

    grossissement

    198

    x

    191g

    champs

    0,4

    °

     

    Il convient ensuite de vérifier que la mise au point peut être atteinte avec chaque oculaire. Autrement dit, ajuster la position du porte oculaire (PO) afin que la course de celui-ci puisse amener le plan focal de l’oculaire dans le plan focal du primaire. Il importe donc de savoir, pour chaque oculaire, où se situe son plan focal. Comme déjà dit, la marque des oculaires est choisie parce que cette donnée est facilement accessible sur le site de Televue et parce que ce sont de bons oculaires. Les télescopes passent mais les oculaires restent…

     

    Dans le schéma ci-dessous, on  représente les oculaires avec leur plan focal confondu avec celui du primaire, c’est-à-dire quand la mise au point est faite. On note la position de butée des oculaires les plus extrêmes de la gamme, donnant les positions max et mini de la course du PO (traits & points verts et violets). En vert le Nagler 31 a son champ focal en arrière de sa butée, reculé vers l’observateur. A l’inverse, le Panotic 27 a son plan focal en avant de la butée (données trouvées aux liens indiqués au § 8c). Autant que faire se peut, bien centrer cette course autour des positions min et max utiles afin de laisser une marge de manouvre pour l’utilisation d’autres oculaires que ceux prévus mais aussi pour les observateurs myopes ou hypermétropes. Tenir compte aussi de la bague de réduction de coulant 2’’ / 1,25’’ qui éloigne un peu les oculaires de courte focale généralement en 1’’1/4.

    Il se peut que le PO choisi ait une course insuffisante : changer de PO ou revoir la gamme d’oculaires.